Dyslexie et proprioception

Prise en charge : les traitements

Jusqu’à présent, l’essentiel de la recherche sur la dyslexie s’est historiquement concentré sur l’étude des mécanismes fonctionnels de la lecture et de l’écriture (pourquoi un patient est dyslexique). Différents processus ont été proposés pour expliquer l’acquisition de la lecture chez l’enfant et les stratégies logographiques, alphabétiques, ou orthographiques mises en œuvre.

Grâce aux progrès de l’imagerie cérébrale, les Neurosciences ont également identifié les zones oculogyres du cerveau où se forment les mots à lire. On connaît mieux les circuits neuronaux mobilisés lors de l’acquisition de la lecture.

Pour autant, si les chercheurs en Neurosciences ont fait de grands progrès dans l’étiologie et la physiopathologie de la dyslexie, les modèles de prise en charge thérapeutique (comment peut on aider un patient) restent très en retrait.

Cet état nous semble dû à deux facteurs :

  • D’une part, la dyslexie et les autres formes de troubles du langage écrit constituent des syndromes multifactoriels encore mal connus. Les personnes atteintes de troubles aigus du langage ne constituent pas un groupe homogène. Il existe de nombreux signes cliniques et comportementaux différents selon les enfants, rendant le dépistage, le diagnostic et la prise en charge difficiles ;
  • D’autre part, un fort cloisonnement persiste entre les centres de recherche fondamentale (INSERM, CNRS) et hospitaliers et la médecine de ville. Or, selon le constat fait par le rapport ROUSSEAU-GIRAL de l’IGASS, « c'est le secteur libéral seul et tout particulièrement celui des orthophonistes, qui prend en charge la majorité de ces enfants ». Il s’ensuit que les patients en traitement ne font pas souvent l’objet de suivi en recherche fondamentale.

Enfin, il existe une grande variété d’approches thérapeutiques, aucune ne pouvant se prévaloir d’un caractère universel. Citons entre autres :

  • Méthodes traditionnelles individualisées des orthophonistes et logopédistes
  • Approche orthophonique méthode Borel Maisonny
  • Approche audio/psychophonologique méthode Tomatis
  • Approche auditivo verbale méthode Sémiophonique (Isi Beller)
  • Approche multisensorielle méthode Ron Davis
  • Approche psychoneurolinguistique méthode de la PNL
  • Approche neurolinguistique kinésiologie (Brain Gym)
  • Approche sensorielle méthode dite des « réflexes archaïques »
  • Approche informatique méthode Tallal/Merzenich « Fast ForWord »
  • Approche clinique et thérapeutique : école portugaise de posturologie

C’est de cette dernière approche dont nous nous inspirons, et qui donne lieu au programme de recherche clinique en cours.

Aggrandir la taille du texte

Réduire la taille du texte